juin 23

A quoi ressemble une architecture de site internet favorable au référencement ? L’architecture et l’arborescence d’un site jouant un rôle capital pour son succès et sa visibilité, il est important d’y penser dès la première ébauche du dit site. Nous allons voir que l’utilisation de quelques principes et règles simples, conduira à la conception d’un site de qualité, avec une arborescence claire et accessible, une navigation intuitive et bien sûr un référencement plus efficace.

Une arborescence et ergonomie de site réussies, découlent d’une organisation structurée et naturelle, où les visiteurs auront accès à l’information recherchée facilement et très rapidement. C’est à dire en un minimum de clics, et ceci grâce à des liens explicites pour les utilisateurs … et les moteurs de recherche. L’architecture la plus simple et la plus évidente est souvent la meilleure. Ce n’est pas un problème de développement Web, mais avant tout de communication !

Inventaire complet

Lors de l’ébauche d’un site internet, il est souhaitable de réaliser en premier lieu un inventaire complet des contenus à mettre en ligne. Même si certaines catégories ou rubriques ne seront vraiment développées que plus tardivement dans la vie du site, prévoir leur emplacement sera payant par la suite. Une certaine souplesse dans la conception du site et des modifications possibles de sa structure (par ex. modulaire), sans avoir à en refaire fondamentalement l’arborescence, permettra une évolution aisée et naturelle.
Une fois l’inventaire terminé, on structurera l’information de manière à pouvoir réaliser le plan du site. Chaque grande rubrique comportera un sommaire indiquant au minimum les pages clefs. On utilisera pour chaque rubrique et page des intitulés précis, intuitifs et incitatifs, en rapport avec les mots clés ciblés et les objectifs du site.

Une règle d’or

Une règle importante à respecter le mieux possible : adopter une architecture plate où toute page est accessible en deux clics maximum à partir d’une page d’accueil (home +2 ou home +3 pour un gros site ou portail).
Utiliser une structure hiérarchique avec des catégories par thèmes principaux du site qui soient facilement compréhensibles par les visiteurs.
Dans le cas d’un site important, avec des “sous sites” et une page d’accueil faisant office de portail, par exemple comprenant un forum ou encore une boutique e-commerce, on peut être obligé de ne pas suivre cette règle. Mais si vous dépassez home+3, sachez qu’il sera difficile de rendre visible les pages profondes. De plus les internautes pressés risquent de quitter le site avant d’avoir trouvé l’information recherchée.

Maillage interne

Je vous renvoie ici à la deuxième partie de l’article d’Oscar intitulé : optimisation et maillage interne. On y explique que chaque page est optimisée pour un ou deux, mais pas des douzaines de mots clés, et que les ancres des liens y faisant référence doivent être explicites.
Les liens sur la page (ou les pages) d’accueil seront rigoureusement choisis, pour promouvoir les pages les plus importantes permettant d’atteindre les objectifs (par exemple optimisation du trafic sur certains mots clés, vente de prestations ou articles et de manière plus générale réalisation de transformations ou conversions).
Tout menu d’arborescence comportera des liens “en dur” texte. Bien que Google lise maintenant certains JavaScript simples, l’accessibilité de ces liens aux moteurs de recherche est essentielle. Des liens visibles vers les grandes rubriques du site sur la majorité des pages sont utiles à la navigation, mais pensez aussi qu’au delà d’un certain nombre les ancres de liens répétitifs dans les menus ou pied de page auront moins d’importance aux “yeux” de Google Bot. Ajouter quelques liens éditoriaux s’avère donc payant. De plus les liens importants en terme d’ancre/mot clé doivent se trouver en bonne place dans le code, notamment si d’autres liens de navigation pointant vers les mêmes pages sont ajoutés par la suite.
Certains liens (ex. lire la suite, voir l’article) sont utiles à la navigation pour permettre aux visiteurs de visualiser rapidement les informations qu’ils peuvent rencontrer sur les autres pages et ainsi rester plus longtemps sur le site. Cependant leur trop grand nombre n’est pas toujours bénéfique au référencement. En plus du problème des ancres, ils peuvent diluer le PageRank transmis aux pages clefs (le nofollow n’est plus pris en compte pour cette application), ce qui pourrait être un problème pour un site dont le netlinkling(*) est encore insuffisant. On recherchera le bon compromis suivant le type de page et de site. A noter et suivant les cas, certaines techniques comme le “hoarding”(*) (à ne pas confondre avec le “siloing”(*) (1) ) peuvent être contreproductives.
Un “cross linking” c’est à dire des liens et ponts entre des pages de différentes catégories peut s’avérer utile (surtout avec des liens éditoriaux parlant aux visiteurs). Les tags et fameux nuages sont souvent utilisés pour cette raison, mais attention à ne pas générer du contenu dupliqué lorsque le site ne comporte pas encore assez de pages ! De plus dans certains cas on préférera ne pas diluer la thématique pour favoriser le positionnement sur mots clés (Cf. theming (*)). Le cross linking est alors utilisé à l’intérieur de silos qui par ailleurs peuvent rester virtuels (voir siloing (1) ).

Ajouter un fil de navigation et plan de site détaillé

Un fil de navigation (breadcrumbs en anglais), appelé fréquemment “fil d’ariane”, c’est le : “Vous êtes ici : accueil » catégorie » page “. C’est à la fois très utile au visiteur qui va naviguer facilement sur le site, au concepteur (car demandant des efforts de structuration) et bien sûr aux moteurs.
Savez-vous que si vos URLs sont propres et surtout bien intitulées (du type : accueil/chateaux/versailles.html et non /index.php?cat=25&id=123&lan=fr), il est même possible d’ajouter un fil d’ariane à postériori tout simplement en se basant sur l’url de la page. J’ai inclus un code qui va bien dans l’espace membres.

Le plan de site développé pour les visiteurs (à ne pas confondre avec un fichier sitemap XML pour les robots) est évidemment très utile aux visiteurs … et aux robots dans le cas d’un site important. Très souvent dans la conception d’un site l’on commence et termine par un plan de site détaillé.

… et pour finir

arborescence site internet
Visualisation de l’architecture et arborescence d’un site internet - source nullpointer

Avant de mettre en production, utilisez un logiciel comme Xenu qui va crawler votre site et détecter/rapporter les liens défectueux.
Dès que le site est important, ajouter un fichier sitemap.xml (ou sitemapindex.xml regroupant plusieurs sitemaps) en y faisant référence dans le fichier robots.txt est une bonne pratique qui aidera les moteurs à indexer plus rapidement les pages du site, surtout si l’architecture n’est pas parfaite (souvent le cas sur les gros sites).

Pour ceux qui aimeraient voir à quoi ressemble l’architecture de leur site en 3D :
3D sur nullpointer.co.uk

Et puis comme vous allez ajouter du nouveau contenu fréquemment, publiez un flux RSS … qui donnera aux visiteurs une indication claire de toutes les nouveautés, et qui pourra être repris par d’autres webmasters favorisant ainsi votre référencement.

Note 1 (Edit Oscar) : Nous reviendrons sur le Siloing (notamment à l’occasion du débat en cours sur le PR sculpting) qui à première vue semble aller à l’encontre de certaines règles de base, mais dont le concept est intéressant à comprendre.

* voir Glossaire référencement


Si vous venez de découvrir ce blog, lire en priorité l’article : Les principes de bases du référencement


 

Paradi-SEO logo

« Cliquer sur ce logo pour s’abonner au flux des nouveaux articles du Blog Paradi’SEO

 


promotion et referencement

Diffuser ce billet :

referencement twitter        referencement facebook       


13 commentaires pour “Référencement et architecture de site internet”

  1. Olivier Duffezurl commentaire a écrit :

    Bonjour et merci pour cet article, c’est un sujet intéresant.
    Pourquoi une page ne pourrait-elle pas être optimisée pour “des douzaines” de mots-clés ? Ca m’étonne toujours de lire qu’une page ne doit être optimisée que pour 1 ou 2 mots-clés…

  2. Pierrourl commentaire a écrit :

    Très intéressant l’article, surtout que j’ai besoin de faire l’arborescence d’un nouveau site qu’on veut mettre en ligne, et ce petit rappel est bien tombé.
    Merci

  3. AxeNeturl commentaire a écrit :

    Excellent article !
    J’aurai aimé l’écrire tant il résume une grande partie de ma pensée ;-) .

    Reste la gestion des liens internes aux contenus. Celle-ci peut poser problème si les liens des menus pointant sur les mêmes pages comportent des ancres moins optimisées ou moins complète. Il faudrait alors que dans le code, le menu soit placé plus bas que le contenu.

    Quoi qu’il en soit, le principe de bien penser l’arborescence en amont est un impératif sur lequel tu insistes très justement.

    Je me permets ce lien vers un petit article qui reprend ta logique avec un exemple concret : -http://blog.axe-net.fr/referencement-4-arborescence-du-site/

    Sinon, merci pour l’indication de nullpointer. Après la barre verte (PR), nous allons pouvoir jouer à celui qui a la plus belle fractale ;-)

  4. Kev a écrit :

    Merci pour vos commentaires !
    Pour la question d’Olivier c’est tout d’abord une question de bon sens : a vouloir courir plusieurs lièvres …
    Plus précisément pour bénéficier par ex. de l’aide du balisage sémantique, de la proéminence, ainsi que du maillage interne, sans parler des ancres externes, ceci est difficilement envisageable avec un wagon de mots clefs … par exemple me semble difficile de placer tous ces mots clefs en début du title… C’est souvent une erreur (on parle ici de principes de base pour le lancement d’un nouveau site) de vouloir positionner uniquement sa page d’accueil sur un trop grand nombre de mots clefs, alors qu’il est très simple d’utiliser plusieurs pages.
    Pour la remarque judicieuse d’AxeNet sur les ancres de liens internes, je crois qu’il est communément admis, d’après plusieurs batteries de tests, que Google tient compte de la première ancre. Même si les moteurs distinguent très probablement les liens de menu des liens éditoriaux, l’utilisation du CSS (ex div pos. absolue) donne de la flexibilité.

  5. Alain a écrit :

    Très intéressant cet article !
    Je dois refondre un vieux site et je vois une bonne opportunité d’ajouter ce fil d’ariane, car ce sera d’autant plus utile que le site ayant évolué en plusieurs étapes, la navigation est loin d’être intuitive comme tu dis. En ajoutant la re-écriture d’URL je devrais obtenir une bonne visualisation des URLs et de la navigation.

  6. Olivier Duffezurl commentaire a écrit :

    C’est sûr qu’il y a certains endroits qui facilitent l’optimisation (par exemple la balise title) et qu’on ne peut pas y mettre 36 mots-clés différents.
    Mais il existe des techniques de rédaction efficaces pour le référencement et qui restent compatibles avec une bonne lisibilité pour l’internaute. Elles permettent facilement d’optimiser pour plusieurs dizaines de requêtes par page. J’ai plusieurs pages sur WRI qui reçoivent régulièrement du trafic en provenance de plusieurs centaines de requêtes et d’autres sites doivent faire encore mieux…

  7. Alex a écrit :

    Oui mais attention de ne pas confondre l’optimisation d’un site mature aux nombre de pages et liens élevé (chacun sait que le faible PR affiché de WRI ne traduit pas la réalité) et le lancement d’un nouveau site. Dans ce dernier cas les ancres du maillage interne vont être très utiles aussi ! La encore, comme énoncé dans cet article, on devra sélectionner un nombre restreint de mots clés et différents pour chaque page (OK pour les synonymes :) )

  8. Chrisurl commentaire a écrit :

    Article très intéressant pour partir sur de bonnes bases lors de la conception. J’aime beaucoup le petit soft 3D également; il m’a permis de trouver une page isolée…

  9. Referencement Gratuiturl commentaire a écrit :

    Tout dépend de la concurrence pour le nombre de mot clé à inclure dans une page. Plus la concurrence est accrue, moins il y a l’occasion de positionner plusieurs mots clés sur une seule page.

  10. Olivierurl commentaire a écrit :

    @ Olivier Duffez
    En même temps, WRI est un cas à part. On ne peut pas lancer un site en se positionnant sur des dizaines de mots clefs pour une même page comme peut le faire Webrankinfo qui a une notoriété sans rapport !

  11. calendrier a écrit :

    Le référencement d’un site est une simple logique !

  12. Matthieu Verneurl commentaire a écrit :

    Je rejoint l’avis d’Olivier sur l’importance d’une bonne rédaction web qui optimise d’elle même le référencement naturel d’une page.
    Je ne pense pas qu’il s’agisse uniquement d’un effet de popularité même si ca aide sans aucun doute WRI.

  13. IFDP a écrit :

    Vouloir ranker avec une même page sur plusieurs requêtes n’est quand même principalement valable que s’il s’agit d’une thématique extrêmement proche en règle générale, et encore, pas souvent sur des secteurs très concurrentiels.