juin 17

Suite aux déclarations de Matt Cutts début Juin, sur la nouvelle interprétation du nofollow en interne par Google, de nombreux référenceurs se demandaient si l’on allait enterrer le Page Rank Sculpting comme technique d’optimisation ? En cherchant à améliorer la visibilité de pages profondes d’un site internet, ceci permettait par exemple de compenser aisément une architecture défectueuse. Plusieurs nouveaux articles, dont un billet de Matt Cutts, conduisent à faire le point.

Les changements annoncés dans ” Referencement : Google revient sur le nofollow” auraient déjà été pris en compte par des modifications de l’algorithme de Google, plus d’une année en arrière !! dixit Max Cutts dans ce nouveau billet.
Comme le souligne Danny Sullivan dans Search Engine Land, il est étonnant que personne ne s’en soit aperçu malgré tous les tests SEO (*) régulièrement effectués.

Enseignements et confirmations :

seo Le nombre total de liens sur une page (avec ou sans nofollow) a une influence directe sur la quantité de Page Rank redistribuée aux page liées. Cependant seul Google connait le coéfficient réellement affecté à chaque lien (ex. liens éditoriaux ou contextuels, externes ou internes, liens répétitifs dans un menu ou pied de page).

seoFaire des liens vers des pages ou sites de bonne notoriété (i.e. Trustrank) est bénéfique pour le positionnement (n’hésitez pas à faire un lien vers ce Blog SEO ! :) )

Travailler son contenu et netlinking en premier (on s’en serait douté …) mais aussi l’architecture et le maillage interne de son site (par ex. bien choisir les liens à placer sur la page d’accueil)

seo On assiste probablement à la fin de l’utilisation de l’attribut nofollow en interne pour sculpter le PR d’un site, mais cette technique d’optimisation peut avoir recours à d’autres méthodes (ex. liens JavaScript -fonctions externes ou redirections bloquées par robots.txt, iframes, flash, java, utilisation des sessions ou liens visibles que pour les utilisateurs enregistrés). Je pense toujours qu’une bonne architecture de site est fondamentale et l’ajout d’un fil d’ariane (*) est utile à la fois pour les visiteurs et les bots. Facile pour un développement personnel, mais plus difficile pour les sites dynamiques importants utilisant des CMS(*) plus ou moins SEF (SEO * friendly).

Les recommandations de Matt (voir aussi les commentaires :) ) : pas nécessaire de modifier un site existant, mais pour un nouveau site éviter d’utiliser le nofollow en interne, même pour des pages peu intéressantes comme page de contact, faq, mentions légales, etc. Inutile non plus de “nofollower” les ancres communes/navigationnelles, comme “lire la suite” (ndlr. peu d’importance si un lien éditorial vers l’article figure déjà en premier sur la page). Le moindre que l’on puisse dire, c’est qu’il s’agit d’un changement important dans les propos de Matt Cutts. La mode était déjà au ‘naturel’ (du moins pour nos sites ne parlant pas de SEO), mais encore plus important aujourd’hui. Matt avoue seulement laisser un attribut nofollow sur son flux RSS, expliquant qu’il ne sert à rien que celui-ci figure dans l’index !?!

Pour améliorer l’architecture d’un site dynamique basé sur CMS (*) et notamment palier au problème du contenu dupliqué, utiliser le fichier robots.txt en priorité et penser aussi à utiliser le nouveau meta tag “canonical” -voir URL canonique.
(ndlr. OK mais le nofollow était pratique dans certains cas …)

La théorie de la conspiration

Certains référenceurs convaincus que cette technique fonctionne et n’arrivant pas à croire que Google aurait changé les règles d’interprétation plus d’un an en arrière sans que personne ne s’en aperçoive, pensent qu’il s’agit simplement d’une stratégie de communication de Google pour chercher à enrayer l’essor de l’utilisation du nofollow en interne ! Ceci s’ajoute à un débat houleux aux Etats-Unis où la définition des liens achetés est visiblement sujet à controverses, sans compter le soi-disant fichage flicage des seos (référenceurs) que Google surveilleraient de près … et pourraient même ajuster le positionnement (à la baisse :) ) de leurs sites sur les SERP (*).

Le Page Rank Sculpting n’est pas mort

Et comme le dit Rand Fishkin dans SEOMoz, on pourra toujours faire du PR sculpting mais en utilisant d’autres techniques (ndlr. plus laborieuses !) que le nofollow. Le problème, suite à cette nouvelle politique de communication de Google légèrement erratique sur le nofollow, est que beaucoup de webmasters suivant ces débats de loin pourraient changer leur façon d’effectuer des liens… l’essence même du Web … et l’un des fondements de l’algorithme de Google !?! Pour plus de détails, voir les articles de Danny Sullivan et Rand Fishkin cités plus haut.

* voir lexique sur le référencement


Si vous venez de découvrir ce blog, lire en priorité l’article : Les principes de bases du référencement


 

Paradi-SEO logo

« Cliquer sur ce logo pour s’abonner au flux des nouveaux articles du Blog Paradi’SEO

 


promotion et referencement

Diffuser ce billet :

referencement twitter        referencement facebook       


12 commentaires pour “La fin d’une technique de référencement avancée ?”

  1. Edouurl commentaire a écrit :

    Génial la théorie de la conspiration, ça en dit gros et maintenant je ne sais plus de quel coté me ranger :)) Donc si je comprends bien il est inutile de noffolower en interne et les liens sur fond rose du type “ajouter au panier, connexion, etc..” ne servent plus à rien.

  2. Olivier (de WebRankInfo)url commentaire a écrit :

    “Faire des liens vers des pages ou sites de bonne notoriété (i.e. Trustrank) est bénéfique pour le positionnement”

    as-tu observé ça concrètement ? J’ai fait plusieurs tests là-dessus et je n’ai jamais pu confirmer cette idée.
    c’est sûr que Google a intérêt à faire croire cela, comme ça les gens font des bons liens et pas des liens pour le référencement uniquement…

  3. François (de Weborganique ;)url commentaire a écrit :

    En effet, Google nous fait croire beaucoup de choses, mais je crois au Trustrank non comme une expérimentation signée Google, mais plûtot comme un phénomène de société source d’un référencement volontaire de chacun, car ceux qui placent plusieurs liens de site à thématique similaire sur le leur, ceux verront recevoir naturellement des backlinks d’autre site les approuvant en les considérant comme important et intéressant, c’est un bon lien, mais pour le référencement forcément, puisqu’il y contribue.

  4. Oscar a écrit :

    @ Edou : oui si l’on s’en tient à ce que vient de dire Matt, de plus une partie de ces nofollow n’étaient pas vraiment utiles à grand chose (ne pas prendre ce blog comme exemple :) )
    @ Olivier : pas de test rigoureux/récent sur ce point. Mais je ne crois pas que Google cherche à bluffer ou désinformer les webmasters à ce sujet, même si il est vrai qu’une utilisation croissante du nofollow en interne leur posait visiblement un problème, que je trouve leur communication à ce sujet plutôt erratique (i.e. différent d’une organisation qui chercherait à désinformer volontairement).
    Pour revenir aux liens sortants, j’ai pu noter sur 2 microsites semblables (utilisés à d’autres fins et pour d’autres tests, qq. pages, thématique de niche, peu de liens entrant et quasi comparables) que le site comportant une page de “bonnes adresses” (liens éditoriaux vers les sites de référence et de bonne notoriété) se comportait “mieux” dans les SERP et que de plus la page de liens avait été très rapidement indexée (ce n’est pas une page “partenaires” style sapin de Noel). Il s’agit bien entendu d’une simple observation (qui pourrait s’expliquer par une première idée que se fait GG du “voisinage” d’un site) … mais suis toujours intéressé bien entendu par la visualisation de tests qui indiqueraient le contraire.

  5. Oscar a écrit :

    @ François : de fait les effets indirects sont souvent aussi, si ce n’est plus, importants que les effets directs, ce qui limite la portée de certains de nos tests

  6. Jean Lou a écrit :

    Je viens de voir la dernière vidéo du “friday” sur SEOMoz qui indiquerait que d’après leurs tests chercher à trop “piéger” le PR n’est pas bénéfique pour le classement, par contre faire des liens nofollow avec évaporation de PR ou mieux des liens extérieurs en évitant bien sûr les sites de spam serait bon…

  7. Jimmy a écrit :

    Voir ici le graphe sur le Page Rank : http://en.wikipedia.org/wiki/PageRank et cette phrase : “Page A is assumed to link to all pages in the web, because it has no outgoing links.” à méditer !

  8. Kev a écrit :

    Un outil intéressant pour visualiser l’environnement/backlinks d’un site proposé par Exalead :
    http://constellations.labs.exalead.com/

  9. Davidurl commentaire a écrit :

    En effet, Google essaie toujours de garder une part de mystère dans son fonctionnement. Le mystère est toujours une bonne raison pour expliquer ce qu’on ne comprend pas. Et pour bien cultiver le mystère, il faut renouveler sans arrêts les paradigme. On assiste là au retournement concernant les no follow, mais on a eu aussi droit à l’importance des mots clés dans les urls…

  10. PH (de Juriste en Herbe)url commentaire a écrit :

    Oui on ne rit pas de mon pseudo, c’est mieux que “étudiant en droit” ou des mots clés dans le style…

    Moi j’ai une petite question qui me préoccupe: comme chacun sait il est possible de mettre des liens en dur sur Twitter avec des mots clés et redirections vers la page souhaité.

    Je me demandai s’il y avait déjà eu des sanctions de la part de Google? (pour ceux qui auraient pris le risque d’essayer).

    Si quelqu’un à eu des echos d’éventuels black-listages je serai assez intéressé par l’info.

    Merci

  11. Benjamin a écrit :

    J’ai quand même de sérieux doute sur la communication de Google. Si Google s’est mis a communiqué à partir de 2007 c’est aussi afin de canaliser certains abus.

    Cependant, j’ai tendance a penser que je crois ce que je vois et non pas ce qu’énonce Google.

    De plus ca amène à un autre problème à savoir la prise en compte des liens no follow en externe. Google prendrait il en compte ce type de lien ? La question reste entière.

    Ce que je dénigre cependant c’est que Google communique pas sur les sanctions , certains sites sanctionnées manquent de repère. Google devrait plus communiquer dans ce sens.

  12. Calendrier a écrit :

    Merci kevin pour l’outil
    Très intéressant